Les interprÈtes de la Saison 2020

 

 

Julianne Blackbird

Danseuse

 

Julianne Blackbird, originaire de la Nation Mohawk, clan de la tortue, réside sur le territoire des Six Nations de la rivière Grand. Pratiquant depuis l’âge tendre de 3 ans le ballet, les pointes, la danse contemporaine, le hip-hop, le jazz, le lyrique et les claquettes, elle danse en 2014 dans The Gift de Mercedes Bernardez à Toronto. Elle danse ensuite avec Santee Smith pour la cérémonie d’ouverture des Jeux autochtones de l’Amérique du Nord, la cérémonie de clôture de la Conférence mondiale des peuples autochtones sur l’éducation (2017), ainsi que les prix Indspire (2018), en plus d’être centrale dans la distribution de Mush Hole. Elle figure en outre dans le documentaire Desert Between Us & Them: Raiders, Traitors, and Refugees in the War of 1812 (2013).

 

 

 

Justin Brown

guitariste Flamenco

 

Guitariste depuis 23 ans, Justin Brown vient d’une famille de musiciens : sa mère était d’ailleurs directrice générale de l’orchestre symphonique international de Sarnia, en Ontario. Brown entame sa formation auprès du guitariste classique Dino Molito, de Sarnia, qui crée ensuite sa propre étiquette à Los Angeles, en Californie. Il poursuit ses études avec John Higney, professeur de musique de l’Université Western Ontario. Ce dernier ne se contente pas de faire fleurir le talent musical de Brown en guitare classique, il transforme aussi le cours de son cheminement artistique en lui faisant découvrir la guitare flamenca. En quête d’une formation plus approfondie dans le domaine, Brown déménage donc à Toronto afin d’étudier avec l’artiste flamenco de renommée internationale Miguel de la Bastide. C’est à cette occasion qu’il est invité à accompagner les classes de danse de la School of Flamenco Dance arts de Carmen Romero, où il est actuellement guitariste résident. Durant les sept dernières années, il a été invité à jouer dans les écoles de Maria Serrano, Esmeralda Enrique, Arte Flamenco, ainsi que pour des collectifs comme Triana project, tout en étant guitariste résident au Tablao Flamenco, haut lieu de la scène locale torontoise. Par ailleurs, Justin Brown explore la musique électronique expérimentale avec ou sans flamenco.

 

 

 

 

Patty Chan

Musique finale

 

Directrice musicale du Toronto Chinese Orchestra et du Centre for Music Innovations, la joueuse d’erhu Patty Chan, instrumentiste innovante et recherchée, est également enseignante et auteure. C’est la musique qui a permis à cette Sino-Canadienne de deuxième génération de se rapprocher de sa culture et de façonner sa propre identité. Dotée d’une vaste expérience du répertoire orchestral sino-canadien traditionnel et contemporain, elle établit des ponts entre les instruments chinois traditionnels et des compositeur-trice-s canadien-ne-s, développant des compositions et des prestations musicales interculturelles. Madame Chan a joué pour de nombreux ensembles et compagnies, comme le Toronto Chinese Orchestra, le Strings of St. John’s, le Red Snow Collective, le Toronto Masque Theatre, ainsi que la Compagnie canadienne d’opéra pour enfants (Canadian Children’s Opera Company – CCOC). Elle a joué lors de plusieurs premières mondiales théâtrales/opératiques, comme Red Snow (2012), The Lesson of Da Ji (2013), Comfort (2016) et The Monkiest King (2018). Sa composition pour erhu et viole de gambe Redemption: The Chan Kol Nidre (2015) figure aux archives du Musée du peuple juif – Beit Hatfutsot à Tel-Aviv. Par ailleurs, son ouvrage Playing Erhu – Bridging the Gap, s’est vendu dans plus de trente pays et constitue le premier manuel d’erhu en anglais.

 

 

 

 

Amadou Kienou

Musique d’ouverture

 

Maître percussionniste, Amadou Kienou est originaire de Ouagadougou, au Burkina Faso, en Afrique de l’Ouest, partie ancestrale du vaste Empire mandingue. Descendant des Dafing, il est initié comme griot (historien oral) et issu d’une longue lignée de ces dépositaires de l’histoire, de la culture et des valeurs de son peuple. Selon lui, le djembé, son principal instrument, « est plus qu’un instrument de musique ; c’est une extension du musicien, par laquelle il exprime sa vie et ses émotions ». La maîtrise du djembé demande une vie entière de discipline et de persévérance, sous la houlette d’un maître de l’instrument, en l’occurrence son père, feu le regretté Baba Kienou. Griot, musicien, compositeur et chorégraphe, Amadou Kienou a œuvré en Amérique du Nord, en Afrique, en Europe, en Asie, en Inde, ainsi que dans les Caraïbes. Son talent lui a valu de nombreuses distinctions, comme le Prix du meilleur artiste africain de la scène au Canada en 2019, celui du meilleur musicien masculin 2018 et de l’artiste masculin de l’année 2016 de Radio Kilimandjaro. Nommé ambassadeur culturel du Burkina Faso au Canada en 2014 et meilleur artiste burkinabé en 2011, il est décoré de l’Ordre du Canada en 2017, sa plus prestigieuse récompense.

 

 

Vincent Leblanc-Beaudoin

Animateur

 

Deux fois lauréat du prix Jessie et sélectionné à plusieurs reprises pour le prix Dora, le comédien Vincent Leblanc-Beaudoin travaille autant en français qu’en anglais. Titulaire d’un baccalauréat spécialisé en théâtre de l’Université d’Ottawa, il est aussi diplômé du Studio 58 et a complété le stage intensif de clown du Manitoulin Conservatory for Creation and Performance. Se démarquant par son approche corporelle et kinesthésique du théâtre, il a pour principaux domaines d’intérêt la création collective, le théâtre physique, le clown ainsi que la création abordant les enjeux sociaux.

Son nom apparaît au générique de La malédiction de Jonathan Plourde (Super Écran), Girlfriends' Guide To Divorce (réseau Bravo) et Abigaëlle et le date coaching (TV5/Unis).

On a pu le voir sur les planches de Camping Royale (Corpus Dance Projects), Les Zinspiré.e.s (Théâtre français de Toronto), If on a Christmas Night (DLT), The Curious Voyage (Talk is Free Theatre), Histoire d’amour (BoucharDanse), Unité Modèle (Théâtre la Seizième), Catacomb (Summerworks Performance Festival), Anonyme (Vortex Theatre), Bonjour, Là, Bonjour (Théâtre la Seizième), The Stranger (DLT), Bull (Rumble Theatre), Mathieu Mathématiques (Théâtre la Seizième), Let’s Talk About Sex, I Can’t Tell You (festivals Fringe de San Diego/Tijuana/Vancouver/Victoria), et Selfie (Théâtre la Seizième). Il a récemment obtenu le prix Paulette Gagnon et le prix Power Corporation de la Fondation pour l’avancement du théâtre francophone au Canada. Il élabore en ce moment un spectacle solo, Le concierge, expérience immersive à propos d’un concierge solitaire qui travaille de nuit.

www.vincentleblancbeaudoin.com

 

 

Raelyn Metcalfe

Danseuse

 

Élevée à Vancouver et résidant à Toronto, Raelyn Metcalfe est d’origine crie des plaines de la Saskatchewan. Diplômée de la Conteur Dance Academy, elle se passionne tout d’abord pour le ballet avant d’embrasser d’autres styles, comme le théâtre musical. Formée auprès de la Richmond Academy of Dance; de MOVE: the company; ainsi que de la Conteur Academy, elle travaille en outre pour Aria Evans, qui dirige artistiquement Political Movement. En 2017, elle fait partie de la distribution de sa pièce Voice of A Nation, commande du Toronto Concert Orchestra. Revisitant son identité et ses origines, elle danse avec Santee Smith lors des prix Indspire 2018, ainsi que dans The Mush Hole, spectacle du Kaha:wi Dance Theatre couronné de nombreux prix Dora-Mavor-Moore.

 

 

 

Kaitlin Standeven

Danseuse

 

Artiste de la danse contemporaine indépendante, vivant et travaillant à Toronto, Kaitlin Standeven est profondément inspirée par ce qui se manifeste quand l’idée et le corps s’unissent. Elle s’est récemment engagée dans des projets avec Allison Cummings, Marie Lambin-Gagnon, Yvonne Ng, Lucy Rupert, BoucharDanse et Citadel + Compagnie. Diplômée de l’Université Ryerson, membre du Toronto Dance Theatre dès le début de sa carrière, elle participe durant huit saisons à la création de cinq spectacles de son directeur artistique Christopher House, et subit l’influence déterminante de la pensée des créatrices marquantes Susie Burpee, Deborah Hay, Ame Henderson et Heidi Strauss. Son rôle va maintenant bien au-delà de la scène et elle souhaite accompagner, cultiver et inspirer en tant qu’enseignante, médiatrice et administratrice.

 

 

 

 

 

Brodie Stevenson

Danseur

 

Né dans le petit village de Wuikinuxv sur la côte centrale de la Colombie-Britannique, Brodie Stevenson est membre de la compagnie du Toronto Dance Theatre de 2008 à 2014 : il y danse des créations du directeur artistique Christopher House et des chorégraphes invitées Lina Cruz, Deborah Hay et Heidi Strauss. En tant que danseur indépendant, il travaille pour de nombreux autres chorégraphes, comme Peggy Baker, Marie-Josée Chartier, James Kudelka, Allison Cummings et Laurence Lemieux. Depuis 2008, il œuvre avec le trio primé Throwdown Collective en tant que créateur et interprète : danseur sélectionné pour le prix Dora, il en a également été lauréat comme chorégraphe au sein de ce collectif.

 

 

 

 

 

 



Saison 2020

Chorégraphes en 2020

Interprètes en 2020

Équipe technique en 2020

 

Suivez-Nous sur Twitter

Facebook

FAIRE UN DON

 

Soutenez Dusk Dances et aidez-nous à continuer à faire danser les parcs publics ! Cliquez pour faire un don via Canadon.org ou envoyez un chèque à:

Dusk Dances Inc.
84 Ashburnham Road
Toronto ON M6H 2K5

 

INSTAGRAM : #duskdances (cliquez ici pour voir toutes les photos)

 

NOS PARTNERaireS & SPONSORS POUR TOUT LE FESTIVAL

 

 

 

    F. K. Morrow Foundation  

 

© Dusk Dance 2020 | Conception: DNA (Dakis & Associates Inc.) | Développement et maintenance: Mikaël Lavogiez, iSpin Media